Chèr.e.s vous,

J'avais envie de vous partager ma dernière épiphanie. Comme je vous l'ai annoncé précédemment, j’ai quitté le salariat pour me lancer à 100% dans mes projets. Naïvement, j'ai cru que j'allais avoir du temps à ne plus savoir quoi en faire. J'en étais quasiment à me dire que j'allais faire du shopping pour mes amies, filer un coup de main au postier, me mettre à la cuisine (ha-ha, je plaisante évidemment) et pourquoi pas m'essayer à un atelier découpage/peinture pour la fête des mères.

Tout ceci n'est évidemment jamais arrivé. Pire, j'ai l'impression que j'ai encore moins de temps que lorsque j'avais une activité salariée, comment cela peut-il être possible ? (les mauvaises langues qui disent que je n'en foutais pas une dans mon job, vous sortez !).

Le hasard faisant toujours très bien les choses, je suis tombée sur un épisode de podcast incroyable de Rachel Rodgers, mère de 4 enfants qui gère un business à 7 chiffres. Je pense que j'aurais pu dire amen à la fin de chacune de ses phrases tellement nous étions alignées toutes les deux.

Pour la #9, j'ai donc décidé de vous livrer les meilleurs secrets de productivité et de gestion du temps que j’ai pu dénicher jusqu’à maintenant.

Décide ce qui est important pour toi

Pas pour tes parents, pas pour la société, pour toi. Dans cet épisode, Rachel avoue par exemple détester les baby-showers et ne jamais s'y rendre car elle n’y voit aucun intérêt. On ne peut pas dire que ça soit un comportement socialement valorisé, mais pour autant, elle en fait le choix sciemment pour protéger son temps.

Personnellement, j'ai décidé que je ne cuisinais pas. Même s'il ne faut jamais dire jamais, je suis certaine que je ne dédierai jamais - de mon plein gré - des heures entières à la réalisation d’un gâteau ou pâtisserie en tout genre. Et ce, même pour l'anniversaire de ma fille. J'ai vaguement tenté de faire ses petits pots quand elle était bébé, mais je n'ai pas réussi à tenir deux semaines. De mon point de vue, cela représente une perte de temps incommensurable pour des résultats médiocres 😅 donc nous avons décidé avec mon mari que c'était lui qui s'en chargeait. Cette décision évite que je monte en pression toute seule en cuisine et que je crie sur Iris dès qu'elle me sollicite parce que je suis en train d’éplucher des carottes.

Tous et toutes - spécialement les femmes - nous sommes très tatillons sur comment nous investissons notre argent. Et c'est comme ça que des milliards se retrouvent à dormir sur des livrets à taux quasi nuls, parce “qu'on ne sait jamais” (on regarde vers le haut, même s’il n’y a pas d’après). Par contre, jeter du temps par les fenêtres en s'épuisant à servir les uns et les autres, ça ne nous pose aucun souci.

L'argent va et vient. Il a le pouvoir de se renouveler, avec plus ou moins de facilité je le concède, mais toute perte n’est pas définitive. Donc même si vous gaspillez de l'argent dans une futilité, ce n'est pas si grave (à nuancer selon le montant évidemment, les montres hors de prix ne sont pas acceptées par exemple).

Le temps à l’inverse, non seulement ne s’économise pas mais ne se récupère jamais. Il est donc indispensable d'être intentionnelle dans la façon dont on utilise son temps. Oui, on peut passer une soirée Netflix si on a envie de se faire plaisir et regarder la dernière série cool ou le documentaire dont tout le monde parle. Par contre, si on a pris le mauvais réflexe de s’étaler sur le canapé à peine arrivée, paquet de chips à la main et qu'on enchaine les épisodes de la saison 53 de Friends, là on est plus dans le gâchis que dans l’intention.

Demande de l'aide

A ta mère, tes frères et sœurs, tes amis, tes voisins… Et sinon, paie quelqu'un. Il y a toujours une solution. Si vous lisez cette newsletter, c'est que vous avez probablement un toit sur la tête et de quoi vous nourrir sans problème. Prendre quelqu'un pour vous aider 2h/semaine à 15€ de l'heure représente 120€/mois, dont la moitié déductible des impôts (= 60€/mois), bref avec tous ces restos et verres économisés ces derniers mois, ça se réfléchit, non :)? Pour celles qui, comme moi, habitent en Suisse, j’admets que le budget est un peu plus conséquent, mais vous comprenez l’idée.

Si vous ne savez pas par où commencer, listez tout ce que vous ne voulez pas ou plus faire. Et trouvez une solution. Si vous voulez esquiver les mercredis-taxi pour les activités des enfants, négociez une semaine sur deux avec d'autres parents d'élèves. Si l'idée du TBDD (tunnel-bain-douche-diner-dodo) vous angoisse, arrangez-vous pour que vos enfants soient au moins lavés quand vous rentrez à la maison.

Mrs Rogers par exemple, n'a quasiment pas changé une seule des couches de son petit dernier car elle a décidé qu'elle faisait déjà plus que sa part en allaitant et c'était donc à son mari de s'en charger. J’en vois déjà d'ici certaines s’offusquer. Mais je connais certains hommes qui - de manière assez légitime - n'allaitent pas mais ne changent pas non plus les couches. Et ça, par contre, ça ne choque personne !

Cet épisode met le doigt sur quelque chose de fondamental à mon sens: il faut distinguer la parentalité du "travail de la parentalité". Relis-ça, encore une fois. La parentalité vs tout ce qui a attrait aux tâches laborieuses parentales sont deux choses distinctes. Changer la totalité des couches de votre bébé ne fera pas de vous une meilleure mère. Passer du temps de qualité avec lui et lui inculquer les valeurs qui vous sont vraiment importantes, si. Et surtout, les enfants sont des éponges qui ressentent x1000 nos émotions. Donc si vous passez vos journées entières avec eux, complètement frustrée de ne pas mener la vie professionnelle dont vous rêvez, ils vont forcément le sentir et ça va mal se passer (c’est l’expérience qui parle…).

Et ce conseil ne s'applique pas uniquement aux mamans débordées. Si vous êtes célibataire sans enfant, le raisonnement reste identique. Et à toutes celles qui me répètent qu'il faut être riche pour déléguer, je leur réponds l'inverse : il faut déléguer pour être riche.

Typiquement, la semaine passée, j'ai réalisé des tâches de “gestionnaire de maison” au lieu de me concentrer sur mon projet. Résultat : je n'ai pas réalisé un tiers des objectifs que je m'étais fixée. Pourtant, j'ose penser que le potentiel retour sur investissement du temps passé sur mes projets vs celui à faire le ménage n’est pas comparable. C'est pas sorcier, comme dirait Jamy. C'est pas sorcier non, mais il faut reconnaître que c'est un piège dans lequel il est facile de tomber.

Apprendre à dire NON.

Non, je n'irai pas à cet événement pour faire plaisir à x, y ou z.

Non, je ne repasserai pas tes chemises, désolée chouchou.

Non, je ne passerai pas des jours et des jours à préparer ton mariage parce que ça ne m'intéresse pas, même si tu es ma sœur d'amour et que je t'aime.

Vous devez protéger votre énergie. Vos rêves. Votre vie tout court en fait.

Alors oui, vous risquez d'en vexer certain.e.s, surtout ceux qui n'avaient pas l'habitude que vous posiez des limites. Et cela amènera inévitablement à des conversations désagréables. Mais pas de violence (c'est bientôt les vacances) cependant : je vous recommande de communiquer vos nouvelles règles avec pédagogie avant de les appliquer strictement. Si votre mari se prend un sac de linge sale en pleine tête à peine passé la porte d'entrée alors qu'il n'a jamais fait de lessive en 5 ans de vie commune, il risque de ne pas adhérer immédiatement à vos nouvelles résolutions.

Mais si j'ai acquis une certitude ces deux dernières années, c'est qu’on ne peut pas réussir si on s'éparpille dans l'accomplissement de 1001 choses.

Supprime.

Dégage.

Vire.

Et reste concentrée sur l'important. J’ai lu récemment qu'on réussissait ce sur quoi on mettait le plus d'attention. Je partage tellement cette idée. Ce n'est pas une question de stratégie, d'algorithme, de "growth-haking" sexy. On réussit ce sur quoi on met le plus d'énergie, point. Donc si vous vous dispersez, il y a fort à parier que dans deux ans, vos purées bio elles seront toujours aussi bonnes mais par contre votre projet, lui, sera toujours au point mort.

J’ai bien conscience que cette newsletter est un peu dérangeante, mais on ne provoque pas de déclic avec du politiquement correct. Pour rappel, ma mission est d’aider les femmes (qu’elles aient des enfants ou pas d’ailleurs) à réaliser leurs ambitions. Et, je suis persuadée de tenir ici le pourquoi du manque de représentation de femmes successful, aussi bien dans l’univers corporate qu’entrepreneurial.

Les femmes réussissent moins non pas par manque de volonté, mais par manque de temps.

Nous sommes attendues dans de multiples sphères de notre vie puisqu’il faudrait qu’on s’occupe de nos enfants, de notre mari, de nos parents, de nos amis, de notre maison. Quand les hommes, eux, sont attendus uniquement dans la sphère professionnelle. Plus de pression certes, mais tellement plus de temps et de focus pour réussir.

Pour conclure, je récapitule donc ton plan d'action pour atteindre le même niveau de productivité d'une millionnaire, qui plus est, maman de quatre enfants :

  1. Décide ce qui est important pour toi.
  2. Demande de l'aide.
  3. Dis non.

Et tu verras que tes objectifs t’apparaîtront soudainement plus atteignables. Certes, ce n’est pas facile, mais franchement, je te promets que ça vaut vraiment le coup.

J’espère, à travers ces quelques lignes, vous avoir donné quelques clés et surtout (re)déclenché chez vous une furieuse envie de poursuivre vos rêves.

Allez les filles, le changement, c’est maintenant.

A la semaine prochaine 🔥

Aloïs